Articles

Donner le choix aux femmes contribue à leur empowerment

L’empowerment des femmes a vocation à leur rappeler qu’elles ont le choix. Trop souvent l’on reste figé sur quelques prises de position clivantes de certaines féministes et jette le bébé avec l’eau du bain. Hold your horses ! Il ne s’agit pas de créer une société où les femmes écraseraient les hommes, le but n’est pas d’infliger à l’autre sexe ce qui est décrié. Il est nécessaire de créer un environnement où les options sont connues de tout.e.s, rendues possible et où la pression sociale et systémique ne nous mène pas comme dans un étroit couloir vers le choix subtilement (ou pas d’ailleurs) imposé. Un espace où les femmes ont la liberté de devenir ce qu’elles choisissent d’être.

Choisir d’être mère

J’ai bientôt 40 ans, je suis mariée et j’ai trois enfants. J’aime mes enfants et je suis heureuse d’être mère. La question ne se pose pas. Pourtant, je n’ai pas choisi d’être mère en ayant clairement à l’esprit que je pouvais ne pas l’être. Je ne veux pas vexer celles qui ne peuvent pas l’être sans l’avoir choisi. Je dis qu’il faut vraiment donner le choix à tout le monde de devenir celle ou celui qu’il veut être. Si c’était à refaire et que j’avais eu pleine conscience de tout le champ de possible en dehors de la maternité pour exprimer ma féminité et m’épanouir, je pense que j’aurais pris encore plus de plaisir à être mère. Je suis une control-freek et je fais mieux quand je choisis en pleine conscience, quand je suis dans le siège du conducteur. La maternité n’est qu’un aspect il y en a d’autres : l’éducation, le métier que l’on exerce etc.

Le mythe de la femme idéale

L’empowerment devrait aider les femmes à se libérer de l’éternelle tutelle sous laquelle on les maintient. Nous sommes tous sous la responsabilité de nos parents jusqu’à la majorité. Les garçons sont encouragés à aller dans le monde prendre des décisions, se tromper, apprendre et prendre l’habitude de prendre des risques. Et les filles à rester à la maison. Elles sont encouragées à se tourner vers les activités d’intérieures, à sortir dans des cadres structurés pour gager de leur dignité. Dès que possible de se trouver des époux sous la tutelle desquels elles vivront le reste de leur vie. Le rêve de trouver le mari idéal tôt se marier avant le deadline imaginaire, avoir des enfants et vivre heureuse. La honte de divorcer, parce que c’est toujours de la faute de la femme qui n’aura pas « su tenir son foyer ». Le mythe de la bonne femme africaine.

L’empowerment des femmes a des externalités positives pour tous

Seulement voilà, c’est un construit social et aucun avantage génétique connu ne prédestine les hommes à être de meilleurs décision-maker. Résultats des courses, certaines femmes très compétentes se retrouvent sous la tutelle d’incompétents notoires dans la vie privé ou professionnelles. Ce n’est pas toujours le cas ne systématisons pas. Cependant, pour en avoir discuté avec plusieurs femmes; je sais que certaines se demandent souvent comment leurs n+1 ou n+2 se sont retrouvés à leurs postes. Il en résulte une perte d’efficience pour tous. Donnons à chaque individu les chances de contribuer à notre bien-être collectif en mettant leur talent à bon usage. Il faudrait que ceux-ci puissent s’exprimer pleinement au bon poste.

L’Impact social de la capabilité

Les travaux de Amartya Sen, économiste et philosophe indien, sur la notion de “capabilité” et leur impact sur la pauvreté ont ouvert un boulevard dans la réflexion sur le développement. Si l’on aborde l’empowerment dans le domaine économique, donner accès à des moyens de participer à l’économie, combiné a une réelle possibilité d’en tirer profit est la clé. Il reste beaucoup à faire dans les pays en développement pour améliorer les taux d’alphabétisation de la population féminine. Créer concomitamment des opportunités d’accès à des emplois, à des niveaux de compétences équivalents, permettra de pérenniser ses efforts et leur donner un vrai impact social.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les travaux d’Amartya SEN je vous laisse ce lien https://www.economie.gouv.fr/facileco/amartya-sen .

Nancy KOUAKOU BOUTIN

Diplômée de la London Metropolitan University d'Angleterre, de l'Université de Grenoble en France et de l'Université Félix Houphouet Boigny de Côte d'Ivoire. Nancy est engagée pour le développement et passionnée d'Afrique. Fortement attachée à son héritage culturel ouest africain, elle est très ouverte. La différence des autres voilà ce qui l'enrichie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *